MA TOYOTA & MOI

Toyota Celica 1.6 ST-i : un membre de la famille

Cela fait déjà 26 ans qu’Hugo Van Nuffel conduit sa Toyota Celica, qui affiche 339 000 kilomètres au compteur. Il s’agit de la cinquième génération, un modèle futuriste pour l’époque avec son style rond, organique. Nous avons fait une balade dans celle qu’il appelle sa « voiture de maître ».

« Pendant tout ce temps, je n’ai rencontré pratiquement aucun problème », raconte Hugo Van Nuffel, pensionné de 70 ans. « Même le contrôle technique se passe presque toujours sans accroc. Ma voiture est toujours bien entretenue par Yves Meeusen. Je l’ai achetée au garage De Leeuw, ici à Stabroek, mais j’ai suivi Yves. Il travaille à présent au garage Celis à Hoboken. C’est vraiment un excellent technicien, qui a remporté toute une série de récompenses de la part de Toyota. Et lui aussi est un grand fan des Celica. C’est amusant. »

« Il se fait lui-même du souci lorsque quelque chose cloche avec la voiture. L’hiver, nous partons souvent en Espagne. Du coup, Yves a installé une pince pour que je puisse débrancher plus facilement la batterie. Il est venu faire ça directement chez moi ! »

« Cette voiture a transporté beaucoup de personnes qui sont entre‑temps décédées », confie Van Nuffel. « Ma mère, mon beau‑père... Nous les avons tous emmenés à l’hôpital avec la Celica. C’est comme ça qu’une voiture finit par avoir une histoire. Elle devient un membre de la famille. C’est une autre raison pour ne pas l’embarquer sur un bateau pour l’Afrique. » 

Road trip
« Elle date d’octobre 1990. C’est le tout premier modèle, avec les ‘dents’ à l’avant ; il est devenu difficile à trouver. Nous avions alors une petite entreprise de conception graphique. Je travaillais à la maison, et ma femme allait voir les clients. Au début, elle n’osait pas la conduire. La voiture ne roulait donc pas beaucoup à l’époque. Je suis cependant assez rapidement passé au GPL : rouler 100 kilomètres me coûte moins de cinq euros. » 

Avec sa veste en cuir marron et ses chaussures et son pantalon assortis, Hugo Van Nuffel semble prêt à partir en road trip. « Depuis que nous sommes pensionnés, nous voyageons beaucoup plus souvent. Cela fait environ cinq ans qu’elle nous emmène vers le sud de la France. Ce sont nos plus beaux voyages. Nous allons aussi régulièrement en Allemagne. Et nous passons beaucoup de week‑ends sur la côte. »

Mijn Toyota

Avec caméra embarquée
Un mouton trône à droite du tableau de bord, tandis qu’un étrange tissu est posé côté conducteur. « C’est contre les reflets du tableau de bord dans la vitre avant lorsque le soleil brille », explique‑t‑il en riant. « Ça me gêne. » Une caméra embarquée filme chaque mouvement de la route. « Ainsi, pas de débats en cas d’accident ! Attention, je suis un conducteur tranquille. Alors que je venais juste de l’acheter, je suis une fois monté à 170 km/h, pour montrer aux enfants qu’elle y arrivait. »

« Mes fils roulent en Mercedes et Volvo. Ils ne comprennent pas pourquoi je continue à conduire une voiture sans airbags ni direction assistée – quoiqu’elle ait tout de même l’air conditionné. Ils changent de voiture tous les quatre ans. Je constate cependant qu’ils ont régulièrement des problèmes, des boîtes cassées par exemple. »

Frisson et aventure
Elle a bien quelques petites bosses à l’avant, mais dans l’ensemble, la voiture est en bon état. On remarque bien sa récente plaque d’immatriculation. « J’ai eu une mini‑collision il y a deux ans », raconte Hugo Van Nuffel. « La voiture qui me précédait a freiné subitement pour laisser traverser un cycliste. Yves a alors proposé de la réparer. Il a acheté une autre Celica, et a partagé ses pièces entre trois clients. J’ai donc commandé une nouvelle plaque. Je dois la faire contrôler tous les ans à cause du système GPL. »

A-t-elle connu d’autres aventures ? « Bien sûr. Vers le milieu des années 90, on me l’a volée sur le parking fermé d’un hôtel à Paris. Un mois plus tard, j’ai reçu un message disant qu’elle allait bien. J’en avais déjà commandé une autre – avec la direction assistée. Nous avons appris ensuite qu’elle avait déjà été retrouvée dès le premier jour. On avait demandé le numéro de série au Japon, alors qu’il y avait une publicité pour mon entreprise sur la voiture. J’ai dû payer 250 euros pour ces trente jours de stationnement. »

Mijn Toyota

Jaune Rolls-Royce
« À l’origine, elle était rouge », se souvient-il encore. « Mais il a commencé à devenir mat. J’avais envie d’un jaune qui ne soit pas trop jaune. Et c’est dans un livre sur les Rolls‑Royce que nous avons trouvé cette couleur. J’avais des nuanciers, et j’ai fait fabriquer la couleur. C’est donc un jaune Rolls-Royce. Mes petits‑enfants sont fous de cette voiture. Ils crient « Papy, réveille‑là ! », et je dois ouvrir ses feux avant. »

« En fait, j’ai opté pour une Toyota simplement parce qu’à l’époque, c’était le garage le plus proche de chez moi. En 1971, nous venions de nous marier et nous avons acheté une petite Corolla vert clair. Depuis, nous n’avons plus roulé qu’en Toyota. Notre deuxième Corolla nous emmenait à la mer avec quatre vélos sur le toit. Nous en avons eu quatre, plus une petite Starlet pour la ville. Je n’ai connu de réel problème avec aucune de mes six Toyota. » 

« Notre Corolla Wagon 2.0 Diesel (1998) nous sert maintenant de ‘bête de somme’, pour aller au parc à conteneurs, ce genre de choses. Mais lorsque je voudrai aller à Anvers, je devrai en changer, à cause de la zone à faibles émissions. Contre quoi, je l’ignore encore. Peut‑être une hybride. L’électronique sur les voitures récentes me fait un peu peur. Une simple batterie à plat devient toute une histoire.”

« Ce qui est certain, c’est que je garderai la Celica aussi longtemps qu’elle roulera. Elle m’est trop précieuse. D’ailleurs, ma femme conduit l’autre, de peur de faire un accident. »


Toyota

Vous avez une histoire particulière à raconter sur votre Toyota et vous ?
GO!News a hâte de la lire : contact@toyotamagazine.be

En savoir plus sur Toyota

Politique des cookies sur www.toyota.lu

Nous utilisons des cookies sur notre site pour vous proposer une navigation optimale. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Gestion des cookies