RACING

Avec Toyota dans les coulisses des 24 Heures du Mans 2018

Hans Dierckx, accro de la mécanique et journaliste automobile pour le magazine belge Autowereld, a été le témoin privilégié de la victoire légendaire de la Toyota TS050 Hybrid en juin. Il nous emmène dans les coulisses de la 86e édition de la plus belle et héroïque course du monde, qu'il suit de près depuis 10 ans.

Le job de rêve
Hans Dierckx se décrit lui-même comme un fou de mécanique, un véritable amoureux de l'automobile avec de l'huile de moteur dans les veines. Après ses études journalistiques, il a trouvé un poste de chroniqueur automobile au sein du magazine belge Autowereld. « Pour moi, c'est un job de rêve : mon travail de tous les jours, c'est mon hobby et ma passion. Je n'arrête pas de faire des essais auto, et je peux assister aux plus belles courses », exulte le jeune Belge.

Et notamment aux 24 Heures du Mans, qu'il suit de près depuis 10 ans déjà. « Cette course légendaire est tout en haut de ma liste de choses à faire, alors j'essaie d'y assister à chaque fois. »

« Les 24 Heures du Mans sont la grand-messe annuelle du sport automobile »

Hans Dierckx
journaliste pour Autowereld

La magie du Mans
Les 24 Heures du Mans font partie des plus grands événements sportifs du monde et suscitent énormément d'intérêt. « Chaque année, plus de 250 000 fans viennent y assister, et l'ambiance est extraordinaire », raconte Dierckx. « Cette fête du sport automobile dure deux jours entiers, de jour comme de nuit. Et on trouve des spectateurs tout le long des 13,6 km de circuit. C'est la magie du Mans, qui livre, chaque année, un nouveau morceau d'histoire automobile. »

Une victoire méritée pour Toyota
En 2018 encore, Dierckx était présent en Sarthe, où il a pu assister de près au succès tant attendu de Toyota, après 20 participations. « J'ai toujours éprouvé de la sympathie pour l'équipe Toyota, qui faisait quelque peu figure d’outsider par rapport aux équipes allemandes. Ces dernières années, la victoire a souvent été à portée de main, mais elle lui a toujours échappé à cause d'une panne ou d'un autre problème. Pour cette édition, elle a réalisé une course presque parfaite qui l'a conduite à une victoire bien méritée, selon moi, même si la compétition a été moins rude que d'habitude. » 

Avant sa participation gagnante de cette année, Toyota avait déjà fait rouler 47 de ses voitures sur le Circuit de la Sarthe et obtenu 6 fois une place sur le podium. Avec cette victoire, Toyota devient le deuxième constructeur japonais à remporter cette compétition.


Coup d'œil dans les stands
« Quel dénouement fantastique pour l'aventure Le Mans de Toyota », fait-il remarquer. « Je profite toujours énormément de la visite des stands et des garages, où l'on peut voir l'équipe au grand complet au travail derrière les pilotes. Les mécaniciens qui montent minutieusement chaque pièce. Les ingénieurs qui surveillent attentivement le fonctionnement des voitures sur les écrans de leurs ordinateurs. Et la direction de l’équipe qui définit la stratégie et dirige les pilotes par radio pendant leurs passages. C'est comme un commando de l'armée qui exécute une mission. Le public ne voit pas leur travail mais il est crucial dans l'histoire complète. »

« Cette victoire est l'une des plus belles et importantes de ma carrière. Ce trophée a une place très spéciale pour moi »

Fernando Alonso
pilote de F1

Petite discussion avec Alonso
En 2018, le virtuose de la F1 Fernando Alonso était le pilote vedette de l’équipe Toyota. Dierckx a pu mener une petite discussion inopinée avec le double champion du monde de F1. « Cela s'est passé de manière très bon enfant. Alonso est d'ailleurs un gars très sympathique », déclare-t-il. « Il a expliqué qu'il attendait cette compétition avec impatience, presque comme s'il s'agissait de sa première course, et qu'il était tout de même un peu nerveux. »

« On fait ainsi un peu mieux connaissance avec l'homme derrière la vedette de F1 et il se développe tout de même une certaine sympathie. Pendant la course, Alonso a confirmé sa réputation en effectuant quelques passages impressionnants, qui lui ont permis de briller par sa vitesse et sa régularité. »

Alonso à la poursuite de la Triple Couronne
« La star espagnole a ainsi poursuivi sa quête de la Triple Couronne : la victoire au Grand Prix de Formule 1 de Monaco, à l'Indy 500 et aux 24 Heures du Mans », clarifie Dierckx. « Il a déjà remporté la première épreuve ; la deuxième, pas encore, sa première tentative à Indianapolis ayant échoué. Mais cette année représentait une occasion rêvée d'ajouter Le Mans à son palmarès. »

« Fernando Alonso a de nouveau fait impression au Mans par sa vitesse et s'est révélé un bon coéquipier, ce qui est très important en endurance. »  

« Alonso attendait cette compétition avec impatience, comme s'il s'agissait de sa première course »

Hans Dierckx
journaliste pour Autowereld

De la technologie de course dans chaque Toyota
À l'instar de nombreux modèles de production de Toyota, la voiture de course TS050 Hybrid utilise une propulsion hybride. « Le concept est effectivement similaire, avec un moteur à combustion assisté de deux moteurs électriques alimentés par une batterie », explique Dierckx. « Tous les conducteurs de Toyota hybrides peuvent ainsi retrouver un peu des sensations de la course du Mans dans leur propre voiture ! »

« La Toyota TS050 est un fantastique bolide de course, extrêmement avancé sur le plan technologique et qui fournit d'extraordinaires performances. Le plus impressionnant, c'est que la Toyota TS050 est de plus en plus rapide chaque année, alors qu'elle fonctionne de façon toujours plus économique. »


Toyota

Suivez Toyota Gazoo Racing sur Twitter
Découvrez ici toute la gamme de Toyota

En savoir plus sur Toyota

Cookies sur le site web Toyota

Nous utilisons des cookies sur notre site Web pour vous fournir un meilleur service. Si cela vous convient, continuez à utiliser le site Web comme d'habitude, ou découvrez comment modifier les paramètres de vos cookies ici.

Confirmez vos préférences en cochant la case si vous êtes d'accord ou désélectionnez si vous n'êtes pas d'accord:

OK